Histoire écourtée 2 (la tarte)

« Il souleva discrètement le torchon sous lequel se cachait la tarte aux pommes, et d’un geste maladroit, saisit une des parts coupées à l’arrachée. Le tissu retomba nonchalamment sur le plat tandis qu’il évacuait la cuisine d’un pas feutré. Attentif aux bruits environnants, les yeux tourbillonnants d’alerte, les marches menant à l’étage s’enfilèrent promptement. Dans sa course silencieuse, un morceau de fruit glissa de la pâte et tomba entre ses jambes. Assis sur son lit, les mains pleines de compote, l’objet du délit lui fit l’effet d’une simple bouchée.

Une gourmandise sans faim le tenaillait toujours, et s’essuyer les mains devenait urgent. S’assurant d’un calme toujours parfait, pour l’instant, en passant la tête dans le couloir, il sortit de nouveau. Rasant les murs, aux aguets, paré à toute éventualité hasardeuse, il enfila la cage d’escalier en sens inverse. Tapis contre l’encadrement de la porte de la cuisine, il jeta un regard à l’intérieur. Rien n’avait bougé. La tarte non plus. La maison semblait très calme, beaucoup trop. Il ne pouvait plus reculer. Il s’empressa sans bruit de passer encore ses doigts sous le chiffon, une dernière fois. Une douleur vive lui arracha un cri de stupeur, il ôta l’essuie-main. Cet imbécile de furet ! Il n’y avait bien que lui pour arriver à le déranger dans le rapt du dessert qu’il avait fait ce matin. Maintenant 39 jours qu’il se sentait seul depuis la disparition de sa femme. »

©Necromongers

Image

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s