Le sable chaud ne coulera plus

Le sable chaud ne coulera plus entre mes mains

Mes doigts se sont trop écartés,

Les derniers grains collés sur la sueur de ma peau

Sont plus légers que l’air.

A force de la caresser par poignées je l’ai usée

J’ai arrondi son microcosme,

Il est bien trop tard pour le serrer à nouveau

Je l’ai mélangé à mon corps.

Il a mangé mon ADN, s’est introduit en moi

Il a trouvé l’endroit accueillant,

Les particules élémentaires convergeaient vers mon intérieur

Tandis qu’au fond je pleurais.

Je n’ai compris la machination qu’en reprenant esprit

Des points minuscules s’affichaient sur mes rétines,

Le vent qui claquait dans mes oreilles m’emportait

Et la myriade d’étoiles avec.

L’air devenu trop sec et étouffant prenait à la gorge

Ma salive ne mouillait plus,

La couleur du soleil devenait trop intense et lumineuse

Il irradiait trop, beaucoup trop.

C’est en relevant la tête un peu plus en haut

Que le contact se fit,

Je fus emporté par un souffle me départicularisant

Un vent brulant tout.

Le sable chaud ne coulera plus entre mes mains

La plage n’existe plus,

Les derniers grains collés sur la sueur de ma peau

En fond partie maintenant.

©NecromongersImage

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s