Ma roulette ruse

Calé au fond du siège, j’ai grandi la main lourde

Pas de tours de manège, ni de fine oreille sourde.

Enfant du lendemain, je dicte à ma convenance

Les meilleurs coups d’surin, en totale délivrance.

 

Crachant de l’eau bénite, exorbitant les yeux

Fabriquant des pépites, en pratiquant les vœux.

Prier comme on enfante, pour accoucher des cieux

Vomir une déferlante, pour invoquer mes dieux.

 

Il n’était pas utile, de déployer autant

D’impacts aussi futiles, et pour le moins bruyants.

Provoquer des instants, qui grandiront en nous

Pour pétrifier le temps, et tomber à genoux.

 

M’écrier sans raison, dans toutes les directions

Hurler à profusion, jusqu’à mon extinction

Pour chercher à traduire, les mines qui sont enfouies

Un acte de délire, pour puiser dans ma nuit.

 

Il n’y a pas miracle, sans foi ni loi tais-toi

Pas beaucoup plus d’obstacles, sans joie qui ne sait pas.

Le corps de l’homme est creux, si l’âme ne l’emplit pas

Mon foie d’un gout douteux, cent fois mille fois mis là.

 

D’une substance liquoreuse, comme un épais brouillard

D’un doux effet valseuse, hypothétique buvard.

Reconnaitre à sa source, les vapeurs intérieures

Déterminer d’un pouce, les ondées extérieures.

 

Pour suffire à sa peine, d’un meurtre commis de soi

Celui d’une idée vaine, calomnie… dernière fois.

Tirer le cran du chien, tournant le barillet

Placer sa tempe en lien, avec le canon sied.

©Necromongers

996087_680688781971292_907048355_n

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s