The Necromongers Twitter: Pluie qui cesse fait mousse

NB: ceci est une série d’épisodes courts postés sur Twitter dans l’heure. Les pointillés marquant la séparation des postes entre eux. C’est une expérience comme une autre qu’il convient de prendre comme telle… une innovation de mes pensées, un direct légèrement différé de mes abondants déversements de mots, des Necro-Archives en quelque sorte… les fautes sont possibles (cqfd j’en suis sur), mais c’est rendu comme c’est posté…

 

PLUIE QUI CESSE FAIT MOUSSE

A-t-on seulement perçu le vent qui soufflait au dehors, la pluie qui arrosait le temps de sa miséricorde prévision, après la pluie…

 
…j’ai remarqué que le beau temps s’échappait, qu’il entrait en récession, qu’importe moi je suis en éclosion, j’affiche complet…

 
…ça peut pisser dehors j’ai de la ressource, du débit, j’ai prévu pour le déluge une inondation de conneries plus vastes que Noé…

 
…des animaux plus imprévisibles que cette météo de merde, une liste plus étendue que les escargots du changement…

 


…une politique plus vraisemblable que l’armée de gauchiste en place, mince me voilà à politiser, non pas ça, juste le temps pourri…

 


…ce temps qui nous fait penser à rien de bien, rien de concret, rien de familier, rien qui vaille vraiment, rien…

 


…rien qui ait de l’ambition, qui soit mieux que ce que nous ayons, parce que deux rayons viennent y pourrir l’atmosphère c’est gagné…

 


…parce que j’ai pu tailler mes haies j’ai de la chance, le soleil m’a pas fait de révérence, ni le vent qui m’a défiguré, dévisagé…

 


…je suis rentré soulagé, d’avoir fait sur mes haies, que l’avenir me dira pousser en silence comme on pipe les dés, je les haies!…

 


…le beau temps s’en haie allé défricher la nuit des vents sous la pluie des sourires dépressionnaires, une perle du temps qui s’égare…

 


…(apparté) Je viens de vérifier, un pingouin d’1m60, ça n’existe pas. J’ai donc écrasé une bonne sœur. Ouf, je déteste faire du mal aux animaux…

 


…en bref et pour toujours, je hais ce soleil qui n’apparaît que quand il veut, cette humeur faussement joviale qui parle de vrai peur…

 


…(penser à éteindre les radiateurs) cette pluie qui bat la mesure est prêtresse de nos ébats, elle dicte nos blessures, nos émois…

 


…je n’en veux plus, je n’en veux pas, je voudrais comme tout le monde que ça cesse, mais enfin…souvent, l’arroseur est arrosé!


END

©The rain necromongers

BgyLlx3CQAA5LJR

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s