Les Chroniques Sylkiennes: 5-la rencontre

5-La rencontre

 

L’atterrissage s’était passé comme un courriel à la GHOST (Galaxian Haunted Overblog Subit Treatance… oui, une partie de la galaxie avait été inondée par une langue dont l’origine remontait à si loin que plus personne n’était encore sûr de son origine… et quelquefois plus trop du sens exact utilisé, à tel point que pour la GHOST c’était devenu une vraie farce), quelques petite secousses pendant le changement d’atmosphère mais rien d’inhabituel. Ça me rappelait d’ailleurs que cette foutue GHOST avait encore paumé la preuve de mon dernier versement légal, à croire que les employés ne travaillaient que quand ça leur chantait ! Mais dans l’immédiat ça n’avait aucune espèce d’importance, je ne pouvais pas en profiter là où je me trouvais et, qui sait si j’en profiterais un jour ?

Ma capsule s’était posée à l’orée d’une forêt qui paraissait dense, dans le noir de la nuit c’est l’impression que cela me donnait. Le verrou du sas de l’ouverture avait de suite sauté après la décompression. L’air frais et saturé en oxygène de la Terre m’offrait son dividende salutaire instantané… mes poumons s’emplirent profondément, et je toussai quelque peu, vraiment saturé cet air ! Je peinai à sortir de l’habitacle, engourdi par un long voyage dans une boite de cirage.

Je portai attention quelques secondes alentour, me laissant pénétrer par l’ambiance, les odeurs, le vent, les bruits… puis je plongeai le bras dans la capsule pour en ressortir une ceinture supportant un agréable Magnum Lazer Force, dernier cri chez les résistants intergalactiques, à ceci près que celui-ci était une réplique améliorée de Zorg Industrie, introuvable ! Ce sacré Zorg, il nous manquera !

Je ne savais pas bien où aller, mais il fallait faire un repérage des lieux. Mon intuition me disait que primitive ou pas les rencontres pouvaient être surprenantes avec la vie, être armé c’était déjà maitriser une partie du dialogue. J’appuyai sur l’interrupteur qui scella la capsule dans un champ de force de sécurité… les voleurs et les saccageurs ça existe partout, et j’avais besoin des pièces de base de mon appareil pour tout un tas de choses.

Je m’enfonçai d’un pas hésitant dans la forêt, une torche ionique dans une main, un capteur de chaleur physiologique dans l’autre. Mon capteur était en effervescence, des tas de bestioles, des petites, des moyennes, des plus grosses, furtives, effrayées, détalaient rapidement à mon approche, où ne bougeaient plus et me regardaient passer en silence. Une nature qui vous observe et ne comprend pas ce que vous êtes, d’où vous sortez, quel animal vous êtes vraiment pour avoir cet aspect bizarre et tout cet attirail inconnu… mon pied butta sur un objet qui roula plus loin. Je me penchai pour le ramasser. Une lampe torche !

Décidemment, tout ça commençait à être étrange. A bien y réfléchir il y avait surement plus primitif ailleurs qu’ici, même si ce modèle ressemblait à une version digne du berceau de l’espace il n’en restait pas moins que c’était une lampe torche, et un peuple primitif ne pouvait pas avoir inventé ça… à part si d’autres visiteurs étaient venus avant moi ! Avec ce type de lampe ? Non, on ne traverse pas l’espace avec une technologie aussi arriérée.

Mes interrogations fusaient à l’inspection d’un tel objet, je n’avais de cesse de le tourner et le retourner. Je finis par trouver le bouton pour l’allumer. CLIC ! Quelle ne fût pas ma surprise de trouver dans la lumière du faisceau… un homme, braquant sur moi une lance d’une origine que j’avais eu peine à oublier, une arme Sylks !

L’homme qui me tenait en joue ne semblait pas en être un au premier coup d’œil. Mais, j’étais pris de court, les deux mains prises chacune par un modèle différent de lampe torche… mon aide au dialogue et à la négociation étant coincée à mon ceinturon dans son étui.

« Que me vaut cette surprise ? Dis-je d’un air désabusé.

‒ Que nous vaut cet atterrissage inattendu ? Me répliqua-t-il. »

Bon, ça se corsait, j’avais visiblement à faire à quelqu’un de moins bête que prévu, pas un Sylks donc !

« Une petite panne de routine qui m’a obligé à me poser pour réparer. Mais vous avez dit « nous », vous êtes nombreux dans le coin ?

‒ Avec une capsule de secours Sylks qui ne repartira jamais ? Vous n’êtes pas d’une grande franchise avec moi !

‒ Ah ! Vous connaissez ces bestioles ! Bien sûr, vous tenez leur arme de prédilection. Comment dire… c’est un peu compliqué… vous avez 5 minutes ? On peut en discuter ? Vous vous promenez souvent la nuit ? »

Je ne savais pas si ce genre de question futile allait pouvoir me servir, mais je tentai au moins de dédramatiser la situation, le temps de trouver une parade, en espérant que cela ne rajoute pas à la tension déjà palpable. J’avais senti une hésitation latente après ma dernière phrase, il fallait mettre à profit…

… d’un geste sec du poignet gauche je dirigeai le faisceau de ma lampe directement sur sa figure. Ebloui et surpris, l’homme porta une main à son visage. Je lâchai la lampe trouvée de mon autre main et empoignai mon Magnum tout en me décalant de deux pas sur la droite. Il tira le premier, mais je n’étais déjà plus en face de lui, le temps pour moi d’enclencher le mode paralysant de mon arme (pas question de tuer à tout va à peine arrivé), et de lui tirer à mon tour en plein cou pendant que le feu de son tir brisait un arbre en deux et l’enflammait aussitôt. Il s’écroula au sol comme un pantin de bois dont on avait lâché les ficelles. Deuxième clic sur mon Magnum, une amélioration à la Zorg, un jet réfrigérant pour éteindre l’arbre en feu (pas question de me livrer à un show à peine arrivé).

J’étais perplexe. Un homme avec une arme Sylks en pleine nuit pile à l’endroit où j’avais atterri, juste après leur avoir échappé. Une lune rouge de moitié juste après l’avoir rêvée, et des indications erronées à la base de l’ordinateur de bord sur une activité primitive de ce monde, pour y trouver des traces de technologies avancées au final… quoi d’autre ensuite ?

Je ramassai sa lance de feu par précaution et l’emmenais avec moi.

(à suivre)

©Necromongers

47034_346188452160893_806775213_n

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s