Les Chroniques Sylkiennes: 7-L’approche

7-L’approche

Le soleil avait beau fouetter son visage et emplir ses yeux de lumière, ce qu’il voyait était bien réel. L’étoile était là, sur le sol, comme entourée d’une aura protectrice. Loudblast n’en revenait pas. On disait donc vrai ! Il regardait s’en approcher un homme étrange, vêtu d’un habit argenté que le soleil réfléchissait. Il tenait un long bâton dans sa main… un bâton qui lui rappelait quelque chose. L’homme s’arrêta brusquement à quelques mètres de la nef… l’étoile… ou une autre donnée plausible. Il trifouillait sa ceinture. Un flash précéda l’ouverture d’une porte cachée, l’étranger s’y engouffra.

 Salek déposa la lance de feu, dégrafa son ceinturon et le posa sur le dossier du siège du vaisseau, sur lequel il s’affala ensuite. Il devait réfléchir. L’aventure c’était bien joli mais il fallait trouver le moyen d’aller dans la bonne direction, de faire les bons choix et de perdre le moins de temps possible. Cette rencontre aussi rapide et inopinée ne présentait pas un bon augure, il fallait s’attendre à pire… ou pas, mais s’attendre à d’autres rencontres, ça paraissait évident. De plus, pas question de faire des vagues ou d’attirer l’attention, ça finirait de le retarder. Il y avait surement un endroit où aller pour trouver de quoi réparer et améliorer cette navette et la faire repartir, puisqu’il en était sur maintenant, il y avait de la technologie par ici. Au moins une bonne nouvelle, à contrario d’avoir croisé un homme avec une arme Sylks pas tout à fait pourvu de bonnes intentions. Bon… assez tergiversé, en route !

Salek se releva, enfila de nouveau son ceinturon et passa au crible l’intérieur de la navette… verdict : changer la turbine ionique et recharger les batteries du propulseur… en gros trouver une énergie fossile à transformer en énergie propre… un truc de l’ordre du miracle sans le matériel adéquate, la pierre philosophale quoi !

Il sortit de la capsule et se retourna vers la cime d’une falaise qui dominait la clairière… de là-haut il aurait une vue panoramique.

L’étranger venait de ressortir, et regardait dans sa direction… Loudblast se savait invisible, les rayons captés par sa pierre de Lune le lui permettaient même en plein jour, mais le fait qu’il pose son regard où il se trouvait voulait surement dire qu’il monterait jusque-là. Et puis en terme de prophétie, il n’y avait là rien qu’un homme aux habits étranges, en possession de ce qui semblait être un véhicule dans lequel il était arrivé, pas une étoile… une moitié de vérité pour une moitié de croyance… pour une multitude de questions supplémentaires. Le coin n’était cependant pas aussi tranquille que prévu, il sentait la présence d’un Rodeur dans les parages.

Voir sans être vu… un avantage dans certaines circonstances, avec tous ces Sylks partout, mais dans d’autres cas cela pouvait représenter un danger, quand on ne savait pas à quoi on avait à faire. L’étranger avait disparu, surement en train de gravir la falaise. Loudblast se retourna pour trouver un autre point d’observation… sa surprise fût grande ! Face à lui, l’étranger pointait une petite arme de poing, comme s’il le voyait ! Loudblast était décontenancé. Avancer c’était aller à lui, reculer… le vide de la falaise… il entreprit de se faufiler sur le côté.

« Hé l’ami ! Ne te sauve pas ! Tu m’observes, j’ai le droit de savoir pourquoi ?

‒ Tu… tu me vois ?

‒ Hein ? Et bien non mais mon capteur lui ta repéré ! Allez, montre-toi ! Je ne te veux pas de mal.

‒ Qui me dit que tu dis la vérité ?

‒ Qui me dit que tu n’as pas d’arme invisible hein ? Si tu te montres sans arme je range mon Magnum. »

N’ayant pas la certitude d’être plus rapide que l’arme de l’étranger Loudblast dut prendre la décision la plus sage. De toute façon il était découvert,  et après tout, l’occasion d’établir un contact concret et d’en savoir plus se présentait… le risque était à prendre. D’une pensée il désactiva la pierre de Lune, et son corps se matérialisa peu à peu.

« Voilà ! Voyez, je suis sans arme ! Fit Loudblast en agitant les mains.

‒ Oui, je vois ça. Et sinon, quel est l’objet de cette surveillance, c’est pour étudier mon comportement ? Fit Salek ironiquement.

‒ Votre comportement ? Non. Je… je regardais votre drôle de machine.

‒ Ah ! Ma drôle de machine… bon ok, on va faire simple, il rangea son arme et lui tendit la main, je suis Salek Orian Mohune.

‒ Mohune ? Vous n’êtes pas complètement étranger à la Terre alors ? Lui répondit Loudblast en lui tendant la main à son tour un grand sourire aux lèvres.

‒ Je vous demande pardon ? Et… pourquoi donc ?

‒ Mohune ! Le vrai nom de Barberousse… un pirate des anciens temps, vraiment de l’antiquité, mais son nom à survécu ! Moi c’est Loudblast, je suis un Hurleur ! Et vous, d’où êtes-vous ? »

Salek eut un instant d’hésitation, il n’était plus sûr de rien. Son nom, d’origine Terrienne ? Un pirate ? De l’antiquité ? Son père, adoptif fut-il, lui aurait caché cela ? Un immense vide le parcouru, Loudblast s’en rendit compte.

« Tout va bien ? J’ai dit quelque chose qu’il ne fallait pas ?

‒ Non… oui… tout va bien. Je ne peux répondre par l’affirmative à votre questionnement qui est devenu le mien. Je ne sais plus d’où je viens. »

Ils se regardèrent quelques instants en silence.

« Aucune importance, vous me paraissez fatigué, que diriez-vous de venir vous reposer au sein de notre clan ? »

Salek le regarda, intrigué et surpris d’une telle offre, il opina de la tête à l’affirmative.

(à suivre…)

©Necromongers

64181_441235212615281_146015451_n

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s