Au large… la mort nous sourit

Au large…la mort nous sourit

 

 

Le son des canons m’est indifférent, propulsant leurs boulets,

Au large d’un lointain pays qui s’étire.

Même l’explosion, dont mes oreilles dépecées s’en déchirent,

N’augmente que peu mon attention du vent qui l’émet.

 

 

Les louanges d’un espoir infini s’échappant,

Comme une odeur suffocante, me coupant la respiration.

Une nappe de larmes brumeuses, qui fume en rampant,

S’éparpille au vent, laissant la sécheresse de mon âme en perfusion.

 

 

L’impact, m’arrachant au sol pour me murer de sa déflagration,

Exploite un instant par ses tremblements ce qu’il m’en réfléchit.

L’amer dévouement d’une triste unité sans considération,

D’un choc prévisible, de la mort sans compromis d’un insoumis.

 

 

Au large d’un lointain pays qui me transpire,

Je m’égoutte, d’un mal qui me ronge.

Mourir à petit feu, pressé comme une éponge,

M’évaporant d’un nuage invisible, pour pleurer d’un rire.

 

 

Au large… la mort nous sourit.

©Necromongers

10300955_10203113127336583_7358649648940234623_n

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s