Les mots des-rots-bé sont un égard-ment

 

Les mots des-rots-bé sont un égard-ment

Et par essence la même couleur,

Aux yeux du monde uni-vers-celle

Qui nous entame de directives,

Il faut palier vers les-sans-ciel.

 

Accoutumance de l’éternel,

Aux armes patientes, aux larmes des-fientes

Surgie au creux de l’étain-sel,

Une idée vague, un son pénible.

 

Les apparences futiles sans-fil,

Et le contour des Eve-ne-ment

Protège encore de l’engouement,

On baise docile, comme des aimants.

 

Mascotte éclair des rêves fuyants,

Buvant des trombes déboyautées

Crachant tuyaux bien fagotés,

Et s’endormir sans sa-tendre.

 

S’écouler d’une source tarie,

D’une trachée bien d’égard-nie

Comme une soif perpétuelle,

A l’an-fourné d’un verre pensé.

 

Soluté dysphasique en amorce,

Une coursive à laie-coûte

Au chemin enjôleur,

Rien n’indique le kilométrage.

 

Dernier appel avant l’offre,

Sans nom on peut en-corps crier

Logique des-bon-airs,

Soif d’une idée qui meurt en six-lances.

 

(Dessin: ©Laurent Guionnet)

 406014_4287559909353_1944206026_n

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s