Les Fables minutes présentent: Au jour luit, la nuit tombe

LES FABLES MINUTES PRÉSENTENT :

« Au jour luit, la nuit tombe »

 

 

Et les larmes du soleil

Ne crèveront qu’entre deux miradors.

A se regarder sécher

Surveillées, opprimées, prises au piège.

 

 

 

Pourtant le jour fumait sans pareil

Élaborant sa rosée comme un matin s’endort.

A s’attendre de transpirer

Névrosé, parano, il brûlait sur son siège.

 

 

 

Et la nuit lui avait prédit :

« Tu peux te pavaner, je t’éteindrai toujours ! ».

A se regarder crâner

Jetant sa lune sur un monde apeuré.

 

 

 

La solitude, un cafard érudit

Enfumait la nuit d’un brouillard sourd.

A s’attendre passer

Pour voir naître la lumière tous les réveiller.

 

 

 

Le problème n’étant pas récent

Personne n’y trouvant son compte, somatisant.

A se regarder d’éclairs

Pourfendre l’injustice chacun dans son camp.

 

 

 

Et la dépression d’un élément

Irrigué par la peur d’une effusion de vent.

A s’émoustiller la chair

Essouffler sa condition aux nuages tranchants.

 

 

 

Et le voile se fit prêche

Pour cacher la misère de nos vies trépassant.

A inonder le ciel

Rayer d’une étole la lune et le soleil.

 

 

 

Et depuis chacun cherche

A trouer de son œuvre les stratus insistants.

A s’immiscer de son fiel

 

 

Pour que naisse au grand jour où au cœur de la nuit, un seul œil.

 

©Necromongers

 

923073_10151452535275698_403272218_n

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s