{… la fièvre monte…}

La vie sincère c’est une histoire de volonté. On ne devient propre avec ses sentiments qu’en acceptant de perdre son temps. Les illusions sont toutes les mêmes à l’ombre de nos désirs, et la maintenance de nos pulsions doit s’échelonner à temps partiel.

Nos lueurs de l’esprit nous emprisonnent régulièrement, dans un embarras qui confine nos peurs ultimes à l’état proche d’un magma en fusion. Et nous devons lutter… lutter contre une explosion qui sèmerait davantage de confusions que d’amorces de solutions.

Pas qu’il soit contre-indiqué d’haranguer notre nature, ou d’empêcher nos libertés enfouies, mais seulement de peser le vent de nos incertitudes les soirs de tempêtes aux volets battants. La furie de sa foi peut enrayer une sécheresse des partages convenus, si la mesure de celle-ci n’est pas à l’image de la censure d’autrui.

Nous avons tous un monstre qui sommeille, un démon tapis dans nos broussailles, une fleur vénéneuse aux couleurs chatoyantes et attirantes, un cœur qui s’emballe avant la raison. Les lieux de nos perditions sont également ceux que nous créons, bien à l’abri au fond de nous, prêts à bondir si on ôte le cadenas.

Restons groupés… acharnons-nous sur nos missives avant de les invectiver à la face du monde. Marchons seuls avant de produire des infamies qui ne réjouissent que nos égos malades.

 

{… la fièvre monte…}

 

J’entends nos douleurs, je réprime nos aigreurs, mais je ne veux pas encenser notre malheur… la fièvre a une odeur, une larme graisseuse qui serpente en sueur, un orage de terreur qui inonde nos bas étages… il faudra faire déclarer nos corps en état de catastrophe naturelle avant de les nettoyer à grands coups de lance à incendie.

Insupportable maitrise des affects priez pour nous.

Lamentables envahisseurs des contusions émotionnelles en transe, acharnez-nous à vous languir d’imploser.

Vivre libre ou rester mourir, mourir ivre ou souffrir vivant… après tout, les pluies de sentiments sont comme des arrosoirs de haine en jachère, elles dorment en attendant les plus offrants. Et la mienne se noie dans nos désirs de faire mieux et d’essayer encore… encore… et encore d’essayer… encore… encore… et d’essayer encore…

 

©Necromongers

(photo montage de la subsistance des royalties… l’humour n’a pas de frontières)

10599549_10204206242253493_7054002787074669935_n

Publicités

2 réflexions au sujet de « {… la fièvre monte…} »

  1. Je me suis d’abord pensée : « Whaouh ! Ce Nécro !!! Toujours l’esprit à torturer le notre ». Mais, vous/tu, excellez tellement dans ce milieu, tel un poisson dans l’eau, que nous ne pouvons qu’en être admiratifs. Ces petites pensées ont le mérites de nous donner à réfléchir. Certaines sont lues et basta, on aime, on aime pas… et on passe à autre chose. Ici, on a envie d’échanger. Les mots sont bien choisis. Une belle part de vérité (Mais cela n’engage que moi). Oui… J’aime beaucoup.

    1. Tu… ça va très bien. Et bien que dire sinon merci, d’avoir lu, d’être parvenu à capter l’émotion qui passe dans le fil des mots, pour ce commentaire… et encore mieux si j’ai fait réfléchir… ça donne envie de continuer^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s