Histoire Écourtée 12 : (Le testament)

Lentement, il replia sa feuille. D’abord en deux, puis encore une fois en deux. Il appuya très fort pour mettre bien à plat le papier deux fois replié. A l’intérieur, il le savait, se trouvaient ses dernières volontés. Bien placées, assez aplaties pour ne pas gonfler le monde avec ses velléités. Il glissa ses mots de la fin dans une enveloppe, en pensant idéalement qu’ils n’en sortiraient jamais. Il était aussi important de coucher ses maux et se plier à l’idée qu’on en prendrait compte juste en l’ouvrant une dernière fois, dépliant par deux fois chaque moitié.
Les courriers du cœur éternel ne s’adressent pas qu’aux facteurs, il y a des raisons qui vous font pleurer vos timbres. Il avait déjà saigné pour coucher quelques revanches personnelles sur un arbre pressé, fallait-il encore faire couler la résine de son corps? Chacun saurait très prochainement le sort que réserve la vie à ceux qui doutent de son existence. Lentement, il s’employa à refaire exister en lui les mots qu’il avait posé sur le carré blanc :
« Souvent, les gens sont choqués par leur propre conscience, plus que par les mots qu’ils dénoncent en être la cause. Je déclare ici même, être en pleine conscience de mes propos, en pleine forme et en pleine envie de vivre. Adieu. Je vous laisse à vos mortes pensées! »

©Necromongers

11147155_1010623892281385_9145103751740441087_n

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s