La tempête au calme dynamise nos foires…

Une éternité s’est approchée de nos gorges déployées
Un fond de pension mal intentionnée,
Une lumière syndicale aux rayures calcinées
Un éclair végétatif aux lueurs déridées.
Ici on s’éclaire à la dynamo basse consommation
Aux dérivés altruistes de calme léthargique,
On déblatère toutes les meilleures options
On délibère la cave sensible et étatique.
Si bas si bien, vers le croupion de nos histoires
Se cassent les reins, sans passer par la case drame.
On hurle en silence pour effrayer les engins de foire
Permission accordée de libérer les frasques aux âmes.
Et puis on prie, et même sans croire,
Qu’une vie séduit dans le miroir.
Une perle rare surgit plus tard,
Un mur de vie, un vieux prétoire.
Les lendemains citronnés sont acidulés.
Les envies partagées sont dissimulées.
Les joies instantanées sont divulguées.
Les erreurs du passé sont trépanées.
Les meilleures défenses sont des nuages qui soufflent,
En générant des formes muettes qui décrivent nos idées.
Si on devait passer sous silence l’économie de nos pensées,
La dérivation des corps prendrait froid sous des moufles.
Encore et ailleurs à devoir se regarder…
Toujours et pourtant à regarder se devoir…
©Necromongers
11700773_471768239656970_5422570741431523662_o
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s