Les Humeurs de Necromongers: « Raison garder n’est pas sans effort si le tort est réfléchit (1ère partie) »

Le sacré, cette entité qui prône le respect de son culte qui ne respecte pas l’idée d’ouverture aux autres. C’est comme la connerie, ça ne s’explique pas.

 

Le choix, cette catégorie qui détermine la façon dont la fin va finir. Ce truc multiple qui une fois enclenché vous dira si vous avez été bon ou pas. Un choix n’est pas coutume.

 

Une idée n’a rien à envier à une autre. Sauf éventuellement, si l’idée de départ est la base d’une autre n’ayant pas été exploitée avec l’envie nécessaire pour que l’une et l’autre soient en concurrence. J’ai été clair ?

 

On s’étonne trop facilement de ce qui n’est plus à découvrir. C’est juste qu’on oublie qu’une partie de la population s’est suffisamment laissée abêtir pour ne plus avoir à souffrir de l’intelligence.

 

La religion au service de l’humanité… et pourquoi pas l’abolition de la pédophilie sans frontières tant qu’on y est ! Je ne saurais dire si la zoophilie est un manque inconscient de protéine animale ou un adultère originel, comme je ne saurais dire si Dieu est un péché…

 

On n’arrête plus d’imaginer à quoi ressemblera le futur uniquement parce qu’on ne sait pas le penser. Jusque-là, on a surtout imaginé comment le profit pouvait faire oublier le futur.

 

L’heure du changement a sonné. C’est-à-dire que plein d’autres fois on y avait pensé aussi mais jamais on avait réglé le réveil pour prendre une décision.

 

On peut croire, aimer, idolâtrer, sublimer, encenser, s’extasier, s’échiner à s’octroyer le droit de rêver sans cesse… jusqu’au jour où le radio-réveil gueule sa fréquence.

 

La dernière volonté d’un homme c’est souvent le pardon pour la rédemption, c’est complètement con. Si tu as été capable d’attendre tout ce temps-là pour regretter, c’est que le temps que tu as passé à croire que ça n’en valait pas la peine est toujours devant toi.

 

La médiocrité est un mal nécessaire. Elle permet de remettre en question la capacité que l’on a à se trouver bon en quelque chose. C’est comme le sexe les soirs de cuite.

 

©Necromongers

(faites le taire!)

13164497_1767648513466987_3757700050894528430_n

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s