Les paradigmes d’encre (EPSILON)

Courir sans regarder devant soi

Mourir sans vivre derrière les autres,

Vouloir vivre, revivre, vivre encore et recommencer

Ne plus savoir s’arrêter, en redemander,

Recourir à savoir comment survivre.

 

Sprinter dans les steppes comme un nomade

Regarder, la vie et la mort comme un shaman,

Rentrer dans l’existence et en sortir

En sortir et y entrer, en sortir et en fuir,

Idéaliser le passé et vivre le futur

Se débarrasser du présent et écourter le silence.

 

Marquer une pause, pour reconnaître le temps

Allumer l’instant, poser ses limites,

Concentrer l’éternité sur une unité de valeur parallèle

Observer le flux volatile des énergies,

Consumer ses présages et augmenter le hasard.

 

Les augures piégés dans des constantes physiques

Immortalités, immoralités des unités perpendiculaires,

Repousser les frontières, éteindre les perpétuités

Fixer les règles, dérégler les flux fixes,

Nouer, sceller, attacher, cheviller

Ancrer nos champs d’inductions.

 

Prendre son élan, s’élancer à perte de vue

Survoler l’atmosphère et reprendre son souffle,

Nager la bouche ouverte dans les nuages

S’enfoncer doucement au milieu des rêves cotonneux,

Légiférer une fois encore sur la forme et le fond.

 

Passer des lames de fond à certaines visites de formes

Informes constantes, sans vague, et tellement divaguent,

Se noyer la bouche fermée dans un saut collapsar

Ne plus penser en solitaire mais comme un millier de données

Séparées par la vacuité de l’être humain qui se fixe une distance.

 

Ne plus croire pour arriver à continuer sans filtre

Egorger la pudeur d’arriver à se retrouver pour ou contre,

Sans jamais être certain de divulguer son halo d’invisibilité

Avancer entre les bulles des autres, sans toucher leur intimité,

Séjourner plus que d’un possible sans pleurer pour de vrai

L’intérieur rien que pour soi, l’extérieur pour les alpha.

 

Les Beta qui dictent les règles métaphysiques de Lavoisier

Tout relativiser pour des trous de verre intemporels, intentionnels,

Prend un sens et son contraire. Suivre son contraire puis son opposé

Etre d’accord en contradiction des contrastes qui nous guettent,

L’inverse de la contrepartie, en opposition avec la négation de l’univers

Vibrer et secouer à la cadence des atomes,

Qui nous séparent du vide de nos vies.

 

©Necromongers & ©Richard Kuran

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s