Chez JAKMY (histoire vraie d’un dimanche matin)

La cinquantaine, cheveux grisonnants mi-long mèche au vent, lunettes sans bords (c’est pas bon les bords, ça enferme les yeux), fume clope sur clope devant un café et un verre d’eau.

On est chez JAKMY, hôtel resto bien français du cru de la Dordogne, planté sur un rond-point de zone industrielle. Ici on gicle les miettes de la toile cirée des terrasses d’un revers de main et on pose son canard sur les ronds de café pas essuyés. Quand tu reluques la qualité de l’hygiène des chambres, tu ne sais pas si tu dois faire le rapport avec la patronne, une énorme masse molle de partout avec un sourire grassement enjôleur. Pour la cuisine je n’en sais rien, pas eu l’audace d’intenter un procès à mon bon goût. Mais la tenancière et l’endroit sont prisés par une marge de moyenne fortune peu regardante.

Le brouhaha continu des voitures qui s’enfilent, ne se laissant que la priorité de s’engueuler par grands gestes mégalos de doigts tendus vers les inconnus, égaye le balayement des klaxonnes en bras d’honneur.

Il est perdu mon schizo. Se balance d’avant en arrière sur sa chaise en plastique, affirmant du bras, d’un index tendu, des vérités à voix haute pour lui-même. Des fois il se tient le front et perd ses yeux sans bords au fond de sa tasse vide. Il se lève, abandonnant son chef lieu de comptoir, et entame le tour du rond-point à pied. Il traverse sans regarder, fait demi-tour au Gamm Vert et se fout des claques sur le retour.

La voiture publicitaire du cirque Zavatta passe deux fois hurler ses numéros à base de super héros et d’animaux bientôt interdits au spectacle. Je les ai vu, ils sont plantés plus loin, sur une étendue d’herbe entre le LDL et un resto chinois. Mais le cirque est ici, dans le préambule d’une dialectique sermonnée à soi-même, au grand jour, sur un rond-point de la zone.

Il déplace et replace plusieurs fois son verre d’eau entre les ronds sales, s’explique qu’il a quitté Paris et un boulot à 500 balles pour venir parler tout seul ici. Il a commandé deux cafés, bu un litre de flotte, et à plusieurs reprises insisté du regard à ma table.

Et puis s’il me regarde ce n’est pas pour parler, c’est pour faire vivre son monde extérieur. Mais moi je suis plongé dans le cosmos du spectateur qui tisse du mensonge à l’aveuglette sur un bout de papelard. Ce n’est pas lui qui m’intéresse, c’est son atmosphère. La même ironie galopante que l’engluement stratosphérique du lieu fait ressortir. Ça colle à la nappe, aux vieux rideaux des années 70, aux tapisseries gluantes et colorées tout droit sorties d’un hôtel inquiétant avec Jack Torrance. Le formica du bar est plus propre que les chiottes de l’étage sur le pallier. Les chambres en sont aussi pourvues, mais la marque des trous qui laissaient pendre un vieux rideau devant le trône chimique est désespérément en attente de toile plastique. On regarde sa moitié se défraîchir le cul dans les yeux, avec ce plaisir mondain qui caractérise si bien nos envies ardentes d’une nuit d’hôtel.

Il tape plusieurs fois du doigt très fort sur la table, se lève et se rassoit de nombreuses autres. Les habitués remplacent d’autres réguliers de tables en nappes acryliques. Les psychotiques et les schizophrènes c’est pour moi, c’est mon lot quotidien. Au hasard du rien, dans l’espace improbable du destin en mode chargement, comme une lampée de coïncidence aiguë qui trime pour se donner rendez-vous quand il faut, ils me saignent le présent. Il se tape le front à espace modéré en criant en sourdine « NON, NON, NON ! », et reboit une gorgée de café. « IL NE FAUT PAS ! ».

Et puis il se lève pour partir enfin, après avoir sorti nonchalamment un billet froissé par sa poche, et quitte le rond-point.

Des lieux comme ça en France il y en a des milliers je suppose. Des endroits du néant, des claques de sauvetage en rond-point qui proposent des bouges mal lavés, empoussiérés, à l’hygiène douteuse, mais sans les putes.

J’ai fini mes grands cafés moi aussi, je dois attaquer le dimanche par la visite d’une propriété de Bergerac, et tout goûter pour savoir ce que j’achète. Et en chemin, je pense que je m’arrêterai de temps en temps pour pisser dans la nature en repensant au schizo de ma taule à pioncer, et me disant très sincèrement, que pour mon deuxième arrêt chez JAKMY en 4 ans, j’y reviendrai peut être finalement, pas par dépit cette fois-ci, mais par un intérêt prononcé du naturalisme humain.

 

©Necromongers

(photo: moi-même)

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s