La décortiqueuse

Elle était si brève dans l’acte que peu d’hommes arrivaient au bout de leur catatonie… si rare même, qu’aucun d’eux ne pouvait la séduire sans la peur au ventre… une fille difficile, comme il en existe autant auquel le terme aille vraiment.

Mais comme communément acquis, la peur ne se dissipait qu’après seulement quelques va-et-vient… quand l’adultère lendemain était au bord de la faille temporelle, et que pantois, l’homme devait encore se finir seul, par courtoisie.

Les filles difficiles, il connaissait ça. Mais aussi pointilleuse à l’acte, aussi spongieuse à l’émotion pas très bien. Les habitudes ne périssent qu’un temps, celui nécessaire à l’éventail de leurs proportions gardées. Et lui, ne s’était enfilé qu’un mannequin chatouilleux de la viande à crue, pas plus liquoreuse qu’une âme de sangsue. Il restait perplexe, le sexe à l’air, la tendinite encore souillée par l’effort.

Les femmes faciles, il connaissait aussi. D’ailleurs, celle-ci lui faisait l’impression des deux, une fille facilement difficile à l’emploi. Une bourrique étriquée qui manipulait le chibre par ses osseux orifices avec une certaine pression d’exercice. Pas vraiment le temps de jouir avec cette raboteuse de fond. Pressée de se nécroser le citron, elle ne pédalait dans la semoule qu’après s’être essorée elle-même. Du coup, il fallait encore se forcer sans plaisir à lui donner un autre des siens, l’astiquage sur viande chaude.

Jeannine, puisque c’était son nom, lui pratiqua le démembrement décalotté d’une puissante allée et venue avec une dextérité maintes fois usitée. A trop médire de ses infortunes, on finit quelquefois par oublier le point de non-retour, et le plaisir qui monte malgré tout. Cela aurait été moins loquace si en plus elle était restée de marbre… mais son regard de braise et sa bouche entre ouverte ne laissait rien présager de placide. Tirant à sa demeure, son sexe au prépuce de son lyrisme buccal, elle effleurait en rythme avec ses lèvres son allant frénétique… ses yeux dans les siens. Elle avait joui avant lui, aussi rapidement qu’un serpentin de carnaval, mais son autre main pris quand même la direction de son entre jambe.

Elle naviguait en eaux troubles jusqu’au bout des doigts la Jeannine. S’agitant du bout des ongles au long des phalanges… accélérant, décélérant, d’un phallus au con, sans perdre la dimension du braquemart qu’elle suçotait d’un coin de langue. Elle n’avait pas son pareil pour activer le soubresaut préliminaire. D’ailleurs, lui-même, n’ayant pas d’autre activité placée en bourse n’avait pris aucune option sur le dividende à verser… mais d’une courte réflexion sur son action en manque de contrôle, il commença à se laisser envahir. Jeannine limait son dard comme une chienne mange un bout de lard, et se tordait l’hymen comme on viole une bourgeoise. Grégoire, car c’est ainsi qu’il s’appelait, fut pris de spasmes divergents. De jets nonchalants, pendant qu’elle s’envoyait la vulve en enfer, il lui inonda le visage et le fond de la gorge par semonces rapides et franches.

Il reprenait son souffle tandis qu’elle retrouvait haleine. Tous deux affalés sur la moquette marquée par leurs ébats. C’était un fait, elle était si brève dans l’acte que peu d’hommes arrivaient au bout de leur catatonie… mais bordel, ça valait le coup de se dépouiller la limande ! Et en plus… thé et petits gâteaux après le régal étaient faits pour lui donner la main leste au porte-monnaie.

Grégoire se tapait Jeannine régulièrement, tout à fait dans les règles, et pour pas cher en plus… juste de quoi vivre avec elle… de temps en temps.

©Necromongers

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s