Archives pour la catégorie promotion

A paraître: Necro Manigances Dandois Saisissantes (extrait)

Ça gratte, ça écorche, ça grignote aux écornures

Boniments, élégances, radiothérapie des ligaments.

Fleur de sel et autre pigmentation vénérienne

Ribambelle et flagellation des cordes vocables.

Particules, poussières, rhume des soins

Sauvetage assidu d’endorphines faméliques.

Médecine légale des sentiments à nu

Voyeurisme amateur déporté par transparence.

 

 

On palpe, on pince, on tâte les arrières faussetés

Véhémences, torsions, foulures des condiments.

Sauce naguère et assortiment des passés

Élongation des nuances de farces et matraques.

Atmosphère, oxydation, grippe inestimable

Émasculation des niveaux de gris tempête.

Doctrine sédimentaire des couches émotionnelles

Tabloïd grandeur mature dégorgé sans souffrance.

 

Le corps est un autre homme qui tente de survivre à l’extérieur.

L’homme est un autre décor qui se serpente de l’intérieur.

Necromongers, Les tentacules de l’esprit
(textes: Necromongers / Dessins : Pascal Dandois)

A commander auprès de l’éditeur urticalitblog@gmail.com

Prix 6€ port compris
Publicités

Necro manigances Dandois saisissantes

Ça vient de tomber, mon premier truc en édition, en collaboration avec Pascal Dandois. Ne vous gênez pas pour l’acheter, ça fera très joli dans votre bibliothèque…

(dessin: Pascal Dandois)

Un grand merci aussi à Walter Ruhlmann, sans qui la chose n’aurait pas vu le jour.

https://urticalitblog.blogspot.fr/2018/05/a-paraitre-necro-manigances-dandois.html?spref=fb

GoreZine 1.1 et 1.2, avec du moi dedans… (+18 ans)

Du sang, de la bite, de la tripe et du glaviot !

Sade meets Romero meets Sacher-Masoch meets Clive Barker meets un psychanalyste trop cruel et trop porté sur les idées noires pour être honnête.

Le GoreZine est notre contribution à l’horreur viscérale, à l’obscénité, au mauvais goût et aux mauvais genres !

Plus de 90 pages de poésie (un peu), de prose (beaucoup) et de dessin (pas mal), consacrées à ce sous-genre, moite et chaud, qu’est le gore.

Les propositions vont du plus expérimental au plus classique, du plus foutraque au plus sérieux, avec un seul mot d’ordre : les auteurs se sont arraché les tripes pour que les vôtres fassent le grand huit !

Au sommaire, et par ordre d’apparition : Ana Prr Prr /// Audrey Faury /// Sébastien Gayraud /// Mécano Lacrymo /// Pascal Dandois /// Necromongers /// Krakra /// Jacques Cauda /// Catherine Robert /// A4 Putevie /// Xavier Serrano /// Raphaël Eymery /// Nils Bertho /// Luna Beretta /// Gaspard Pitiot & Céline Maltère /// Christophe Siébert /// A4 Putevie /// Ky’ /// Ssolœil /// Méryl Marchetti /// Krakra /// Yoann Sarrat /// Zigendemonic /// Schweinhund /// Pakito Bolino /// Alain Marc /// Nils Bertho /// Jacques Cauda /// Clothilde Sourdeval /// Charles Bösersach /// Clothilde Sourdeval /// François Fournet

Disponible dès aujourd’hui, 8 euros (port compris) en tarif normal, 15 euros (port compris) en tarif soutien

Si vous voulez payer par Paypal, voici les liens :
Tarif normal (8euros) :
https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=BEFD4Q35MQSYL

Tarif soutien (15 euros) :
https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=YDGEVAJ58V6T2

Si vous voulez payer par chèque, il faut les rédiger à l’ordre de Luna Baruta et les lui envoyer au 4 rue de La Pareille, 42000 Saint-Étienne.

Si certains d’entre vous désirent acheter cinq exemplaires ou plus, des réductions sont possibles : contactez-nous.

« La vieille, comme toujours, était tête nue. Ses cheveux rares, clairs et grisonnants, grassement enduits à l’huile, comme à son habitude, étaient tressés en une petite natte en queue de rat, et tenus par un débris de peigne en corne qui se dressait sur sa nuque. Le coup tomba juste sur le haut du crâne, ce qui était dû aussi à sa petite taille. Elle poussa un cri, mais très faible, et, soudain, s’affaissa sur le sol, même si elle eut encore le temps de lever les deux bras vers la tête. Dans une main, elle continuait de tenir son « gage ». Alors, Raskolnikov frappa une deuxième fois, de toutes ses forces, toujours avec le marteau de la hache, et toujours sur le haut du crâne. Le sang jaillit, comme d’un verre renversé, et le corps tomba net. Raskolnikov fit un pas en arrière et se pencha tout de suite vers son visage : elle était déjà morte. Ses yeux étaient écarquillés, comme s’ils voulaient sauter à l’extérieur, tandis que le front et tout le visage étaient ridés et déformés par une convulsion. »

Fédor Dostoïevski, Crime et châtiment, Actes Sud, 1996 (Traduction : André Markowicz)

(Couverture: Ana Prr Prr)

BOIRE!!! par Jon HO (La P’tite Hélène Editions)

(Ceci est une christique litre et air)

 

Comme le dit l’auteur en préambule :

« Il n’est aucunement question ici de construire un parallèle comparatif entre l’alcoolique et L’abstinent, entre le mal et le bien ou entre n’importe quoi que ce soit qui fasse office de jugement. »

Néanmoins, on se questionne. Est-ce que Jon a été le Paul de son roman ? Est-ce que cette expérience est la synapse d’un vécu quelconque ?

Quelle que soit la réponse, on s’en fout. Ce qu’on peut en dire c’est que ça se sirote comme une tasse de thé au PMU, avec une suspicion sur les paris, mais l’agréable sensation d’un truc qui s’adresse au plus grand nombre. Boire tout le monde sait faire, vivre avec c’est moins probant.

C’est suffisamment bien écrit pour se lire facilement, dans un français à l’accessibilité ponctuée de langage médical par-ci par-là, et d’autres inconvénients littéraires liés à l’engorgement de qualificatifs sirupeux d’un délire flou, avec des cacahuètes de bar.

Ça s’avale très vite sans forcer (un peu comme un cocktail), et ça ne tombe pas des mains. Bref, si vous avez une journée d’abstinence à perdre (car c’est ce qu’il faut objectivement cul sec), je vous conseille ce machin.

Mais à la fin on ne sait toujours pas si Paul a été Jon, ou le contraire…

 

Nécro.

On peut acheter la chose par en-dessous

http://www.laptiteheleneeditions.com/pages/jon-ho.html

 

 

(Excusez pour la photo, c’est pas un thé et c’était pas au PMU, j’avais soif quoi merde !)

IMG_20170720_173830

Le dernier mgversion2>datura N°88 avec moi en Guest.

Le dernier numéro de la revue française mauvaise graine, éditée en langues française et anglaise. Créée en Grande-Bretagne en 1996, rebaptisée mgversion2>datura et à laquelle plus de trois cents auteurs et artistes ont participé en plus de vingt ans d’existence. Invité spécial de ce numéro: Necromongers.

Ont aussi contribué à ce numéro: Edward Ahern, Gary Beck, Chereze Booysen, Roisin Browne, Basile Rouchin, Bruce Dodson, Stephen Philip Druce, Khalid EL Mokhabeti, Jack Grady, C. Z. Heyward, Christopher Knodel, Patrice Maltaverne, Randel McCraw-Helms, James B. Nicola, J. J. Steinfeld, John Tavares & Lynn White.

 

17760900_10213253307315037_6753118420159732553_o

L’interview tant attendue de Dominique Burz par Necro Mongers.

[Pendant le temps de mon blocage Facebook, j’ai eu le temps de tergiverser pour la cause perdue. Ceci est une psychose maîtrisée entre adultes schizophrènes consentants…]

 

Necro Mongers : Bonjour Dominique, comment ça farte ?

Dominique Burz : Euh, écoute Nécro, tu es gentil mais chuis pas un teubé, change de dialogue please.

NM : Bon ok, c’était pour rire, mettre l’ambiance tout ça, ça te fait chier la déconne ?

DB : Non pas du tout, mais j’ai des références pour l’humour qui frisent la correctionnelle. Alors ton Brice à 2 balles pour bobo qui sent des bras comme les neurones, je ne suis pas fan.

NM : Admettons. Donc, t’es arrivé comme une fleur sur le net, t’as choppé du people à gavasse en moins de temps qu’il n’en faut. T’es bordé de nouilles ou quoi ?

DB : Putain tu le fais exprès ou t’es plus con que la moyenne ? Je suis ton alter arriviste d’ego, ça te cause ou t’es bon qu’à te faire bloquer ?

NM : Je ne suis pas sur de comprendre, tu veux la faire cette interview ou pas ?

DB : Oui mais c’est toi qu’es nul en question, fait semblant je te suivrai.

NM : Hum. Bon, je continu, en imaginant qu’une réponse puisse parcourir un chemin suffisant pour atteindre une cible. T’es qui, t’es quoi, tu viens d’où ?

DB : Je ne suis rien d’important, comme la majorité. Un pseudo qui vit à travers le quelqu’un d’autre de quelqu’un d’autre. Je viens d’assez loin et d’assez près pour te remettre à ta place sans bouger le cul de ma chaise.

NM : T’es direct, j’aime ça. C’est une habitude ou tu l’as travaillé ?

DB : Ni l’un ni l’autre, on ne contredit pas le naturel si on veut être au plus près du vrai. J’ai des facilités en tant qu’arriviste, on ne me connaît qu’à moitié, voir presque un peu moins, alors je mets les bouchées doubles pour faire genre sincère qui s’en bat les couilles, mais j’ai souvent froid aux burnes.

NM : Je vois, tu te la joues blasé quoi.

DB : Ah non, c’est pas ça. Tout ceux qui me connaissent un petit peu plus que presque moins savent que je vaux plus qu’un peu moins que presque rien, alors question considération, je m’en branle.

NM : Oui bon, alors on est deux. Et sinon, qu’est-ce que tu fous là ? Sur le net, c’est quoi tes aspirations ?

DB : Genre ?

NM : Bah genre… putain t’es lourd, genre tu cherches quoi ?

DB : La même chose que toi. La même chose que tout le monde. La même chose que la majorité des inscrits : l’existence universelle.

NM : C’est une réponse facile, tu ne parles pas de toi.

DB : Ça change quoi, tu peux me dire ? Si j’intéresse, si je fais rire, si je fais réfléchir, si je fais un pied de nez à ma propre simili existence, ce n’est pas déjà avancer ?

NM : Oui, sûrement. Mais c’est une interview de toi pour les autres, ils s’attendent à des infos plus précises.

DB : Des infos sur moi ne leur apprendront rien sur eux. En revanche, le rire, la désinvolture, la démesure, le désenchantement, la déconstruction de leurs habitudes de pensées, ou de leurs schémas de réflexions, ça oui. Ce qui est important ce n’est pas pourquoi on est là et ce qu’on y fait, mais comment on prend du plaisir à mieux se connaître quand on établie le lien entre des événements et des gens.

NM : Houlà, c’est un peu complexe, tu peux préciser ?

DB : Je pense que les lecteurs sont moins con que toi Nécro.

NM : Je fais quoi de cette attaque simpliste ?

DB : Tu l’écris, tu la roules et tu te la fourres d…

NM : Ok ok, c’est bon, on aura compris ici ta capacité notoire à être un petit con tout à fait traditionnel. Mais je m’interroge quand même sur un truc, ça va tenir longtemps ton profil ?

DB : Euh, comment dire, c’est à toi qui faut le demander patate ! Et toi ? Tu vas continuer encore longtemps avec ta page de merde vérolée par une Christine Boutin du dimanche ?

NM : Ouais, ok, j’ai compris, on va arrêter là alors ?

DB : C’est ce qu’il y a de mieux à faire. Concentre toi sur l’essentiel, le reste est invisible pour les yeux… non je déconne, reste tout pourri, on dirait moi un jour de bonne humeur. Lol.

NM : C’est noté. Bon bah merci de ton temps alors Dom, bonne bourre.

DB : Ouais, c’est ça, bonne bourre, et joyeuses fêtes hein ! A la revoyure mon gars !

 

 

Interview réalisée en milieu sauvage, à bord d’une baraque larguée dans la campagne, entre un idiot congénital et un imbécile de naissance, un soir juste avant l’arrivée du sauveur éternel… celui qui ramone les cheminées pour ta commande sur Amazone.

©Necromongers

15356688_1340377015982047_8258810429672983100_n