Archives pour la catégorie Poésie

Les paradigmes d’encre (EPSILON)

Courir sans regarder devant soi

Mourir sans vivre derrière les autres,

Vouloir vivre, revivre, vivre encore et recommencer

Ne plus savoir s’arrêter, en redemander,

Recourir à savoir comment survivre.

 

Sprinter dans les steppes comme un nomade

Regarder, la vie et la mort comme un shaman,

Rentrer dans l’existence et en sortir

En sortir et y entrer, en sortir et en fuir,

Idéaliser le passé et vivre le futur

Se débarrasser du présent et écourter le silence.

 

Marquer une pause, pour reconnaître le temps

Allumer l’instant, poser ses limites,

Concentrer l’éternité sur une unité de valeur parallèle

Observer le flux volatile des énergies,

Consumer ses présages et augmenter le hasard.

 

Les augures piégés dans des constantes physiques

Immortalités, immoralités des unités perpendiculaires,

Repousser les frontières, éteindre les perpétuités

Fixer les règles, dérégler les flux fixes,

Nouer, sceller, attacher, cheviller

Ancrer nos champs d’inductions.

 

Prendre son élan, s’élancer à perte de vue

Survoler l’atmosphère et reprendre son souffle,

Nager la bouche ouverte dans les nuages

S’enfoncer doucement au milieu des rêves cotonneux,

Légiférer une fois encore sur la forme et le fond.

 

Passer des lames de fond à certaines visites de formes

Informes constantes, sans vague, et tellement divaguent,

Se noyer la bouche fermée dans un saut collapsar

Ne plus penser en solitaire mais comme un millier de données

Séparées par la vacuité de l’être humain qui se fixe une distance.

 

Ne plus croire pour arriver à continuer sans filtre

Egorger la pudeur d’arriver à se retrouver pour ou contre,

Sans jamais être certain de divulguer son halo d’invisibilité

Avancer entre les bulles des autres, sans toucher leur intimité,

Séjourner plus que d’un possible sans pleurer pour de vrai

L’intérieur rien que pour soi, l’extérieur pour les alpha.

 

Les Beta qui dictent les règles métaphysiques de Lavoisier

Tout relativiser pour des trous de verre intemporels, intentionnels,

Prend un sens et son contraire. Suivre son contraire puis son opposé

Etre d’accord en contradiction des contrastes qui nous guettent,

L’inverse de la contrepartie, en opposition avec la négation de l’univers

Vibrer et secouer à la cadence des atomes,

Qui nous séparent du vide de nos vies.

 

©Necromongers & ©Richard Kuran

 

 

 

 

Les paradigmes d’encre (DELTA)

S’échouer sur le long des rives

C’est comme remonter les flots du vin,

Jusqu’à la branche du raisin

Qui lui donne son goût si sucré,

Les soirs où l’on demande à voir Léthé.

 

Se laisser partir en divaguant

Comme une amphore secrètement amoureuse,

Bercé par l’onguent des parfums divins

Arrosé pieds à la berge, à écouler l’eau,

En pensant des demains d’hier.

 

Regarder l’heure

Regarder les minutes

Regarder les secondes.

Les seules secondes suspendues au-dessus de nos vies

Ces vies cherchant sans cesse des rapides,

Pour s’y enfoncer, s’écouler et nous secouer

Comme de simples navires marchands dans la tempête.

 

Le soleil s’attarder

Le ciel disparaître

La lune s’éveiller.

Les lumières étiolant la nuit nous regardant

Syncope qui fait briller nos yeux chancelants,

Pour s’en délecter, s’abreuver et nous rassasier

Comme un canot ivre dans la brume mielleuse.

 

Pourquoi ne pas s’enivrer de cette brume

Aimer cette brume

Se reposer dans cette brume

S’évaporer dans cette brume.

Que l’on puisse enfin retrouver les confluents mystiques

Qui un jour ont guidé nos pères,

Ces pères dont on se souvient à peine du nom,

Ce nom qu’ils nous on légué comme une racine au bord de l’eau

Que l’on cueillera quand on sera à maturation.

 

Ne plus avoir à rêver des méfaits du fleuve de l’oubli

Couler de source

Boire sa bourse jusqu’à l’écume

Forcer le monde à nous attendre.

Que nos semblables puissent réveiller leurs méandres idylliques

Que nous sachions encore qui nous sommes,

Ce temps qui compte sans nous,

Par delà les époques incertaines qui nous attendent au bord de l’eau

Sans prétendre à jamais, savoir de quoi l’ivresse sera faite.

 

©Richard Kuran & ©Necromongers

 

 

 

Les paradigmes d’encre (GAMMA)

Solutions d’entraves aux envies d’avancer

Porte énoncée des grandes évolutions.

On se vit par besoin d’exister

D’énergie en barrière de dévotion.

 

De soldats aux mouvements sous iode

Aux assemblées citoyennes démantelées.

Cherchant en vain dans leur demi vie

Un soupçon évanoui de prolifération.

 

Mais la faiblesse est mère de toute chose

Entame et grignote le gigot dominical.

Dans les foyers de la dernière osmose

Les invisibles ne sont jamais irresponsables.

 

Quand il s’agit de faire des essais

De contrôle des pensées par kilotonnes.

Mieux vaut se noyer dans un atoll

Pour pouvoir bétonner les fissures.

 

Le choc est un atome agité

Une marmite qui gronde sous le compte à rebours.

Un glaive rutilant et aiguisé

Un marasme de neutrons qui surgissent alentours.

 

Fera t-on une monstrueuse fission

Sous l’hypothèse d’un quelconque enrichissement ?

Qui au fond de la bouche des gens

Ne paraîtra pas comme une odieuse contamination.

 

L’énorme danger se traîne à nos pieds

Comme une vérole sans protection.

Un fléau sans toit ni loi

A la merci de chaque index tendu.

 

Avec un haut niveau de criticité

On atteint des eaux et mers lourdes.

Qui entrent en résonance avec des cerveaux effacés

Donnant à Oppenheimer une aura sourde.

 

Les regards se font sans se voir

Les décisions se prennent sans se peser.

L’ère de la géopolitique donne le son

Le mur du ton, qui laisse peu de choses à la détonation.

 

Glaciale Hiroshima passant devant nos yeux

Effaçant tout dans un étrange rayonnement.

Mettant un terme à la vie des dieux

Pour demain préparer un nouvel avènement.

 

©Necromongers & ©Richard Kuran

Les paradigmes d’encre (BETA)

L’univers tangue à l’instar d’un bateau

Qui nous mène vers un astre inconnu.

Alors que même dans les temps de trouble

On illumine le blanc de la voie lactée.

 

Etrange comme le monde peut sourire

Sans parler de sa force du pire.

Les couleurs sèchent en attendant la lumière

Comme un œuf sans coquille, loin de sa tanière.

 

C’est l’huile sur la toile qui se répand

D’un peintre troglodyte oublié.

Du fin fond de son origami déplié

Qui dicte les règles du jeu.

 

D’étoile en étoile on s’époudre

La poussière d’une carte aux trésors.

Nos enveloppes fondent sous la foudre

Fumée âpre et odeur de corps.

 

Des nébuleuses en verra t-on

Du fond de nos yeux vairons ?

Qui à chaque instant saignent

Dans l’espace ou Neptune règne.

 

Le regard perdu vers l’horizon sans fin

A chercher la répercussion d’un son égaré.

Les comètes pleuvent aussi

Hérissant nos capillarités, frôlant nos peurs.

 

Tandis que les lunes nous réconfortent

Tel un enfant des astres.

Qui se réfugie dans sa chambre forte

Pour éviter les solaires désastres.

 

Le vide intersidéral de nos cœurs

La matière noire s’infiltre, coule.

Il nous faut percer les mystères

Rayonner sans éblouir.

 

Comme au fond d’un corps stellaire désolé

Les réponses attendent encore.

Quand sur les rivages des Venus d’or

Nous suivons d’étranges destinées.

 

Alors il faut continuer à voyager

Se répandre et partager les âmes.

Alors il faut ne jamais s’arrêter d’en finir

Se rapprocher pour s’entendre à l’utopie.

 

©Richard Kuran  & ©Necromongers

Les paradigmes d’encre (ALPHA)

[1er poème à 4 mains et 20 doigts d’une longue série, improvisé avec mon ami Richard Kuran.]

 

 

L’avenir est un condiment insoluble

On espère tellement mieux que des miettes.

Si les réponses sont des questions

L’univers s’engloutira tout seul.

 

Le passé est un miroir constant

On y plonge le regard sans se retourner.

Pour retrouver les chuchotements d’antan

Quand la terre cessera de tourner.

 

Des boites, des sacs et du pétrole

Le sang du passé recyclé se pleure.

De smartphone jusqu’en carte bleue, les billets verts

Du goudron et des plumes.

 

Des visions binaires et erronées

Contaminent la rétine de nos yeux.

Devant la toile web de nos anciens dieux

Dirigeants le cours de nos pensées.

 

Salves héroïques pour sonder l’éternel

Aux armes les telluriques, des larmes réelles.

L’essieu sans visage, ressort de notre monde

Accuse avec paresse nos grimaces moribondes.

 

Sur les sourires effacés de la vie

Aux failles tectoniques, aux sorts contrés.

Quand des princes nagent en eau profonde

Au prix de leur souffle éphémère.

 

Le fil est incertain, plus que de mystère

Les louanges ne rassasient personne.

Au diable les alouettes et les dernières terres

S’il faut crier pour écorcher ce qui résonne.

 

L’écho se faisant oppressant comme un chant

Qui suspendrait toutes les questions de la vie

Alors s’il faut déclamer pour engendrer des voix irréelles

Nous choisirons nos instruments sur nos premières mers.

 

Faire la planche sans se noyer, d’une coulée

Etancher la liberté de flotter sans bouée.

Survoler les échappées belles pour se fondre

Se permettre de voyager et de se répondre.

 

En faisant taire la mer intérieure déchaînée

Pour mieux palper le silence des paysages,

Qui dans un mouvement perpétuel

Nous offrent la plus belle aventure : le rêve.

 

©Necromongers & ©Richard Kuran

 

 

 

 

 

Poème exagéré (5)

On fait des alouettes au pied du plancher

Volant à l’envers sans sourciller,

Des actions Carambar pour mieux rigoler

Mêlant encore son tordant à mastiquer.

 

Le soleil n’arrête jamais de briller

Même quand il pleut des vaches qui rient,

L’herbe fait semblant de pousser

Pour les tondeuses en fin de droit qui prient.

 

Les chats dorment même la nuit

Si bien que le jour ne sait plus quoi illuminer,

Les mulots aimeraient sortir manger

Sans finir carpette au pied du lit.

 

Le vent n’a rien inventé d’original

Mélangeant nos mèches sur son piédestal,

A peine quelques bourrasques d’Epinal

Des yeux qui pleurent un peu bancals.

 

Laissons nos goulags personnels s’enliser

On peut aussi les tartiner lentement,

Gaffe à ne pas choisir une biscotte ébréchée

La mélasse qui casse c’est légèrement chiant.

 

On se regardera en chien de faïence

Prêt à se recoller la mémoire,

En brocante, vide grenier ou dans une foire

Nos vies en puzzle sans aucune patience.

 

©Necromongers

_ DÉSIMAGINER _

Et puis merde quoi à la fin

Quelle importance après tout ?

On voudrait des canons de la poésie

Des volutes de la beauté des mots.

 

Montrez-nous le chemin des bois jolis

L’exercice manque au siècle.

Tout refaire comme avant

N’en déplaise, ne sonne plus comme maintenant.

 

N’imaginez rien, pour quoi à la fin ?

A trouver des arnaques à l’astuce,

Des théories qui ne servent personne,

Des breloques qui embellissent le faux.

 

Changeons d’avenir, restons stable.

Modulons le passé, éteignons la vie.

Perturbons le présent, ne faisons rien.

Recomposons le temps, exerçons-nous à mieux.

 

A mille lieux de défaire, il faut des « faire ».

A mille lieux d’encourager, il faut en cours « rager ».

A mille lieux de prédire, il faut de près « dire ».

A mille lieux d’imaginer, il faut des images « innées ».

©Necromongers

Dans les champs d’horizons…

Qui peut savoir

Qui ne saura jamais

Qui rêverait de savoir

Qui ne voudra jamais savoir

Qui rêverait d’avoir le choix…

 

Nous sommes bousculés

Happés, remués, contorsionnés

Nous sommes une illusion

Nappés d’angoisse jouissive…

 

Monumentalement en dérive

Catapultés par le besoin

Mécaniquement compulsifs

Les cadavres d’un jardin fleuri…

 

Les champs de brouillards

Inoculant les bulles d’air

Tournent en s’égouttant

Virevoltent, chantent et explosent

Eclaboussant la lumière de brume.

 

Nous sommes des nuages prospères

Une fumée nocive pleine de couleurs

Des hélicoptères de pétales ondulés

Déchirés par le vent de nos vies

Inconscients, percutés par notre fatalité.

 

Irons-nous jusqu’au bout

Irons-nous plus loin

Irons-nous enfin mieux

Irons-nous quelque part…

 

Le soleil me manque déjà

Quand il fait vivre le jour

Au milieu des branches d’un bois

A travers les hautes herbes.

 

La lune continue à épouser la nuit

Nous sommes une écurie d’étoiles

Formés pour mourir en plein jour

Les feux d’artifices ne se rencontrent pas.

 

©Necromongers

Et puis tous les jours sont obscènes…

Et puis les jours nous mentent

Ils font des tours pour rien,

Pire que l’invention de la tente

Qui se déplie en un tour de main.

 

Tous les idiots sont à l’intérieur de nous

A se lancer des défis,

Ça se fait des bises aux joues

Ça pleure, ça crie, ça rit.

 

On se regarde avec de drôles d’yeux

Comme des dimanches qui tombent un férié,

Comme un jour de vote quand il pleut

Et qu’on n’a procuré personne pour mentir avec fierté.

 

C’est le syndrome du qui mieux mieux

Sans se retourner pour faire factice,

On oublie même qu’on sera vieux

Les jeunes nous foutront dans les hospices.

 

De venir aveugle et consommer

Se cuire un œuf sur le dos du monde,

Eviter de se sentir concerné

La vérité pourrait devenir une fronde.

 

Dehors les gens pleurent et se saignent

Ils n’ont rien trouvé de mieux pour que cela se voit,

Pendant que les cartes des crédits violent sans contact les enseignes

Les derniers valides s’enrichissent là où les autres se noient.

 

Et puis on regarde plus loin quand on n’y voit rien de près

Les flous s’oublient presque partout,

L’ambition c’est la guerre du lait UHT

Nos amis pour la vie finissent moisis chez Justin Bridou.

 

Aux armes et cætera… mon cul sur un abîme

Allons enfants… mes couilles sur la table,

Et l’isoloir jouera son rôle habituel d’estime

Sans les mains à l’urinoir les yeux dans l’étable.

 

Pardonnez-moi quelques mots gros

Comme la vie est quelquefois indélicate,

Les guillemets entre parenthèses sont des salauds

Exploitants à fort taux la délivrance de nos actes.

 

Et puis les gens nous mentent

Ils font l’amour pour rien,

Pire que des vérités démentes

Qui se multiplient en deux tours, demain.

©Necromongers

16716310_889116424458150_7032211642717412015_o

Avec deux mains on ne va pas plus loin

Une heure chaque jour pour un jour chaque heure,

Une éternité pour y réfléchir.

Deux doigts pour rien en plusieurs fois pour une poignée de demains,

Quelques embrassades pour se questionner.

Trois choses seulement pour des émois sans raison,

Subir le temps et attendre son verdict.

Quatre à quatre sans se retourner pour comprendre,

Longer le fleuve pour reprendre son souffle.

Cinq fois le tour du pâté de maison pour vérifier,

Comme un seul homme apeuré.

Six coups tirés en l’air pour vider le chargeur,

Sommations sans précédent pour apprendre à se noyer.

Sept vies consumées en n’ayant l’air de rien,

Pour briser l’anathème d’une éternité au rabais.

Huit calmants pour endiguer la fatigue accumulée,

S’endormir éveillé et se contempler en flottant.

Neuf chats plus tard à se caresser le désir idolâtre,

La moisson du poil soyeux aux avant-postes.

Dix sur dix à la rédemption de soi-même pour la communauté invisible,

Finir en brochette sans Totem d’immunité, et rendre la monnaie.

 

©Necromongers

(photo by Necromongers)

16003319_1408930639119185_4119525230522389347_n